HERVE SENTUCQ
recherche  
panier tarifs drapeau anglais
PANORAM'ART blog Herve Sentucq Panoramart page Facebook de PanoramArt compte Twitter de PanoramArt page Google + de Hervé Sentucq compte Picasa de Hervé Sentucq
Equipement photographique 6x17
equipement photo Fuji GX 617
Matériel de prise de vues et de traitement d'images


Présentation succincte du matériel

Je prend la plupart de mes photographies avec le boîtier panoramique Fuji GX617 qui permet de prendre 4 diapositives 56 x 168 mm par film 120 (moyen format) au moyen des objectifs 90 mm, 180 mm et 300 mm. L'énorme appareil est équipé d'un ensemble objectif/obturateur conçu à l'origine pour une chambre 13 x 18 cm. Il est équipé d'un niveau à bulle et d'un viseur non reflex. Les pellicules utilisées sont principalement des Fuji Provia 100 F.

Les images réalisées dans ces conditions sont aussi fines qu'esthétiques. La surface d’une diapositive 6x17 étant dix fois plus importante que celle d’une 24x36, cela permet de rendre les plus fins détails (piqué extraordinaire) et de faire des agrandissements géants sans apparition du grain de la pellicule. Elles donnent vraiment une impression de panoramique.

Dans le cas de paysages ou de vues d'architecture, le sujet principal occupe la majeure partie de l'image et le panoramique évite le principal inconvénient du grand-angle : la prédominance d'un ciel et d'un premier plan sans forcément d'intérêt, entourant un sujet principal qui se trouve rejeté au loin dans l'image.

Les autres avantages des photographies panoramiques 617 sont les suivants :
- pas de distorsion ;
- la perspective apparente change (l'objectif 90 mm couvre le champ horizontal d'un 19 mm).

L'appareil, entièrement manuel (voir encadré à la fin du document), nécessite un solide trépied. L'utilisation d'un film peu sensible (100 ISO) quand la lumière est très belle mais faible (au lever et coucher de soleil) entraîne des temps de pose de ¼ à 1 s pour des ouvertures allant de f/16 à f/45.

Cet appareil a bien évidemment des inconvénients. Il n'est pas facile de prendre des photos à main levée à cause du poids et du maniement non automatique.

De plus tous les paysages ne se prêtent pas au format panoramique. Il faut rechercher les lieux qui s'y prêtent et exercer son regard dans une fenêtre trois fois plus large que haute.

Qu’est-ce qu’une image panoramique ?

Une image au proportion standard (1/3, 2/3) recadrée en panoramique donne un petit effet panoramique. Mais seul un appareil à vocation panoramique garantie un effet panoramique total.

Le viseur panoramique permet un cadrage très soigné ; on arrange les éléments de la photo au moment de la prise de vue : la composition donne réellement une impression de panoramique aussi bien avec un 90 mm qu’avec un 180 ou 300 mm. De plus les viseurs sont détachables et permettent de chercher les cadrages sans rien avoir à porter d’autres.

Le format allongé et la composition adéquate permettent donc d’obtenir une photo panoramique. Ainsi tout les appareils, de l’APS à la chambre grand-format peuvent permettre d’obtenir (après recadrage de l’image si nécessaire) un effet panoramique. Le résultat obtenu avec un 617 est simplement plus convaincant et de meilleure qualité que pour une image APS recadrée au format 1x3.

Par cette méthode on peut obtenir des images qui balaient un champ horizontal de quelques degrés (super téléobjectifs) à 120° (ultra super grand-angle). On appelle ces images rectilinéaires et orthoscopiques : la pellicule est plane et perpendiculaire au paysage, ce qui permet d’obtenir des images sans déformation.

On entend également par panoramique les appareils à objectifs tournant (Noblex, Widelux, Horizon...) et les appareils qui tournent autour d'un axe vertical (Roundshot...) Les appareils rotatifs couvrent des champs très larges de 115° à 360°. Ils permettent d’obtenir des résultats surprenants à condition de savoir contourner les problèmes inhérents au procédé. Vous trouverez dans mes liens des spécialistes de ces techniques.
equipement complet photo Fuji GX 617
Mes objectifs panoramiques

Le champ d’un 90 mm (86° en horizontal) permet une grande couverture du paysage. Il donne une réelle impression de panoramique, de grands espaces. Il est l’exacte représentation du paysage tel qu’il est en réalité (pas de prédominance d’un ciel et d’un premier plan sans forcément d’intérêt et un sujet principal qui n’est pas rejeté au loin dans l’image…). Le 90 mm est également bien adapté aux photos d’architecture, il permet de cadrer de grands monuments, de photographier des rues entières sans effet de fuyantes ou autres déformations. Dépourvu cependant de décentrement, il nécessite en architecture de se placer à une hauteur médiane par rapport au champ vertical à cadrer afin de ne pas avoir à lever le nez de l’appareil.

Le 180 mm correspond à la vision normale. La vue reste suffisamment large pour donner un effet grand-angle lorsque la partie intéressante est un peu éloignée ou lorsque seule une partie du paysage est correctement éclairée. Le tassement des perspectives obtenu par ce téléobjectif permet une approche nouvelle par rapport à la focale correspondante en 24x36, soit un 40 mm. Le premier plan avec une telle focale en 617 peut se situer à quelques mètres ou bien à quelques dizaines de mètres.

Le 300 mm ouvrent d’autres possibilités en panoramique. Comme le 180 mm, il permet des prises de vue de détail de surface (falaise par exemple) sans déformation et distorsion. Dans le cas d’une prise de vue en forêt, on peut dans la même photo inclure le détail d’un tronc en premier plan sans que les autres arbres en second et arrière plan se retrouve rejetés au loin. Il permet de prendre en panoramique des sujets difficiles comme des animaux éloignés (un vol d’oiseau par exemple), un soleil couchant et n’importe quel sujet qu’il n’est pas possible d’approcher (montagnes…). Le premier plan net lorsque l’on règle sur l’hyperfocale à f/64 est quand même à 20 m !

NB : En format 617, un objectif de 180 mm restitue la vision humaine (la focale standard en 24x36 est un 43 mm). Un télé-objectif de 90 mm dans le format 617 a un effet comparable à celui d'un super grand-angle 19 mm pour un appareil 24x36 ; un télé-objectif de 300 mm dans le format 617 celui d’un mini-télé de 64 mm en 24x36.

Matériel de prise de vue ...

Fuji GX 617 (objectifs 90, 180 et 300 mm)
Canon EOS : 17-35 mm, 50 mm, 70-200 mm, multiplicateur x 1,4
Films : Fuji Provia 100F / Velvia 50 / Fuji Provia 400F / Fuji RTP "Pro" 64 Tungstène
Flash : 550 EX
Trépied : Gitzo trekker carbone
Focale des objectifs Fuji GX617 Angle horizontal Angle vertical Focale des objectifs équivalents en 24x36 (pour le champ horizontal) Focale des objectifs équivalents en 24x36 (pour le champ vertical)
90 mm 86° 34,5° 19 mm 39 mm
105 mm 77,3° 29,9° 23 mm 45 mm
180 mm 50° 17,7° 39 mm 77 mm
300 mm 31,3° 10,7° 64 mm 128 mm

Matériel de traitement d'images

Scanner : Imacon Flextight Photo
Mac G4 et PC
Kit de calibrage et d'édition de profil (pour l'écran, le scanner et l'imprimante)
Imprimante Epson photo à encres pigmentaires

Fuji Gx617 : un appareil totalement manuel !

On ne doit pas oublier d’enlever le bouchon de l’objectif en sortant l’appareil du sac. Il faut ensuite installer le viseur détachable et visser le déclencheur souple. Le cadrage est long nécessitant de multiples réglages de la tête 3D du trépied. La cellule à main permet de mesurer la lumière incidente. Tous les réglages de mises au point, de vitesse et du diaphragme nécessitent de contourner le trépied et de faire face à l’objectif. Il est nécessaire avant de prendre une photo d’armer l’obturateur et il ne faut pas oublier d’avancer le film après chaque déclic sous peine de faire des superpositions d’images. Le changement d’objectif nécessite le passage par un manchon noir, aucun volet d’obturation de l’appareil n’étant prévu lorsque l’on enlève l’objectif. Ceci dit à l’occasion et avec de l’entraînement, il est possible de prendre une photo en 1 minute seulement (entre le moment de la décision et le déclic), et en moins de temps encore si l’on se promène avec l’appareil monté, à l’épaule, sur le trépied.
Une fois tout en place, on garde toujours un oeil sur le paysage et la cellule quitte rarement la main. Une fois l'apparition d'une belle lumière, il ne faut que quelques secondes pour reporter les mesures de lumière sur l'appareil. Par anticipation sur les réglages, on peut même saisir une magnifique et éphémère lumière (3 à 5s).

» Télécharger l'article en pdf
© Copyright 2015-2017 Mentions légales Hervé Sentucq Panoram'Art - Photos panoramiques
Bio contact blog blog Herve Sentucq Panoramart liens