De la profession artistique

Mar
5

13401-france-Seine-Maritime-Reserve-Naturelle-de-l-Estuaire-de-la-Seine-Le-Havre-panorama-sentucq
Lumière crépusculaire sur la réserve naturelle de l’Estuaire de la Seine, photo prise 1h avant le lever de soleil

La photographie, comme toute activité artistique, peut mener à une réflexion profonde sur soi-même et une appréhension de la totalité de son être. Pour les passionnés, elle peut même devenir une philosophie de vie. Mais la tendance de notre époque nous pousse à nous préoccuper aujourd’hui davantage de mode, de galeries d’art et de marketing.

L’authenticité reste une force qui permet de rester fidèle à soi-même. On ne perd pas son âme quand on ne s’inquiète pas sans cesse des questions financières. On n’apparaît non pas comme des « plans d’affaires » mais comme des personnes de « caractère ». On peut développer une vision personnelle et y rester fidèle tout en y trouvant une source perpétuelle de satisfaction.

Reste le dilemme de notre époque, la société n’encourage pas les « valeurs » et aujourd’hui le « vice » est devenu la norme. Peut-on demander aux individus d’être vertueux en dehors d’un cadre institutionnel les y enjoignant ? L’honnêteté donne des résultats financiers incertains. Les gens connaissent le prix de tout et la valeur de rien, disait Oscar Wilde.

Les rémunérations baissent chaque année, les commandes se raréfient dans le métier du fait de la concurrence des images bradées dans les microstocks. Les acheteurs d’images s’autoproclament photographes et produisent de l’illustration médiocre juste parce qu’ils se sont offert les derniers reflex à la mode. Sans compter tous les amateurs auxquels font appel les institutionnels… qui ne cotisent nulle part, si tant est qu’ils soient payés.

Il faut espérer que la tendance s’inverse et que ceux qui ont besoin de visuels réapprennent à respecter leur public, ceci également dans leur propre intérêt. Quel est l’impact d’une image que l’on imagine sans mal pouvoir faire soi-même et qui ne renvoie donc ni enthousiasme, ni chaleur, ni exaltation. La force de mon engagement pour un regard plus poétique de nos paysages reste intacte.

Une réflexion au sujet de « De la profession artistique »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *