L’espace onirique des Highlands d’Ecosse

Mai
18

293-ecosse-Pap-of-Glencoe-Loch-Leven-panorama-sentucqDrakkar viking devant le téton de Glencoe (Pap of Glencoe)

Loin des grandes agglomérations, à l’écart du développement industriel et économique, il existe une terre au climat sévère et au relief accidenté : les Highlands, au nord de l’Ecosse, entre Atlantique et Mer du Nord. Elles ont forgé la légende de ce pays et de ses fiers habitants. C’est l’une des dernières contrées vraiment sauvages d’Europe, le royaume de l’aigle, du cerf et du chat sauvage. L’espace cultivé représente moins de 3 % des terres. Il reste peu d’endroits dans le monde développé où l’absence d’humanité semble si aiguë. Des millénaires d’érosion glacière ont sculpté une majestueuse alternance de vallées et de monts dépassant rarement 1 200 mètres d’altitude mais prenant souvent pied au niveau de l’océan. A l’ouest, la mer bordée d’îles se déploie sur 10 000 kilomètres de côte modelée par des vagues ravageuses. Tout au nord, les glaciers ont usé totalement l’ancien plateau dont il ne reste que quelques sommets isolés.

Côtes déchiquetées, lochs lugubres, vallées abruptes, landes drapées de bruyères et tourbières spongieuses, la nature des « Hautes Terres » ne fait pas d’effort pour séduire. Alliant l’immensité nordique à la douceur océanique, ces terres dépouillées, façonnées par la pluie, les marées et le vent, possèdent une beauté âpre et mélancolique. Pays de mystères, de légendes et de héros, à l’ambiance si unique et si différente du reste de l’Europe, qui semble appartenir à un temps poétique, propre à la rêverie, la promenade et la méditation. L’humidité perpétuelle de l’air donne des ciels éperdument changeants, des symphonies en gris et noir, interrompues par des jeux de lumières étranges et des clartés extraordinaires. C’est la dialectique d’un lieu où ciel bleu, brumes, bourrasques et crachins se livrent une sempiternelle bataille, donnant des éclairages variés et subtils, fabriquant en une journée plus d’images magiques que l’oeil ne peut en absorber.

Aujourd’hui, les Highlands ont gardé intactes la beauté naturelle et la puissance émotionnelle des terres d’aventure et de découverte. Il est facile d’accéder aux terres sauvages et éloignées et de faire un retour à la nature dans toute sa splendeur. Ce véritable laboratoire naturel invite à l’exploration et à la compréhension des milieux sauvages essentiels à préserver à une époque où l’environnement est partout menacé.

« Si je pouvais habiter un pays que j’aime, j’habiterais l’Ecosse. C’est un pays que j’aime parce qu’il y a des mystères, il y a des pluies, il y a des brouillards, il y a très peu de population et il y a de grandes étendues vierges. » Jean Giono

Mon livre-itinéraire ‘SCOTLAND panorama‘ consiste en un cheminement à travers ce territoire. Articulé en huit chapitres, il propose tout autant d’itinéraires pour le découvrir. Ils peuvent être lus de plusieurs manières, dans le but d’atteindre un lieu d’où non seulement on peut voir grand mais où l’on peut s’ouvrir à l’univers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *