Photos Hi-Tech – 1/2 – Restituer le visible

Juin
9

12972 Les Volcans, Le Havre (Seine-Maritime), MaiLes Volcans, Le Havre. Un champ de 110°, un contraste lumineux important, un cadrage tout en perspective.

La technique et les outils servent à mieux représenter ce que l’on a perçu avec nos 9 sens* en éveil. Au risque de confusion, le cadre, la lumière et la composition d’une image sont là pour simplifier et guider l’attention, mettre en relation les éléments, exclure les distractions et mettre en valeur le sujet. Pour y parvenir on joue aussi avec les limitations techniques de l’appareil de prise de vue.

La dimension manquante
Les photos ont du mal à rendre en deux dimensions ces impressions de paysages où le relief, la profondeur et la perspective sont les clefs visuelles de la réussite.
En post-traitement, je l’accentue donc à la manière d’un peintre expressionniste qui utiliserait les subtilités des teintes et des tons pour déplacer le regard et créer la sensation de distance. La contre-illumination*1 (nuance de contrastes) assombrit le ciel et d’autres zones de l’image afin d’en faire apparaître d’autres plus lumineuses. C’est une façon de renforcer volontairement l’aspect dramatique, de créer de la profondeur et conduire l’œil.

Plage dynamique améliorée (DRI)
Avec les diapositives, on exposait pour les hautes lumières et on bouchait les ombres. A ce jour même les meilleurs capteurs numériques sont loin d’être en mesure de capturer l’étendue de lumière que nous pouvons voir avec nos yeux*2.
Pour m’en rapprocher, je réalise une photo pour déboucher les ombres, une pour récupérer de la matière dans les tons clairs (notamment pour faire ressortir les nuages) et une exposition normale. Je les mélange manuellement avec minutie pour ne garder que le meilleur de chacune. Ce n’est pas un processus automatisé et non maîtrisé comme le HDR. J’arrive à un résultat beaucoup plus intéressant comme si je n’avais pris qu’une seule photo exposée correctement.

Profondeur de champ étendue
Si l’œil a un champ de vision nette très étroit, il balaye un paysage d’un mouvement continu extrêmement rapide, ce qui donne l’impression de le percevoir net dans sa totalité.
En ouvrant grand le diaphragme d’un appareil on restitue cette vision instantanée et on souligne l’essence du sujet en l’isolant des éléments qui le distraient. En fermant le diaphragme on se rapproche au contraire de l’impression visuelle naturelle. Si cela s’avère insuffisant, je réalise plusieurs images avec des mises au point décalées. Qu’un processus automatisé soit utilisé ou pas, un résultat qualitatif requiert un travail délicat et de longue haleine*3.

Perception spatiale confinée
Notre propre vision est axée sur un champ de vision large. La façon la plus naturelle de voir est de tourner la tête horizontalement. Pour reproduire et transmettre cette impression de largeur (et d’étendue) le cadrage panoramique est idéal. A partir d’un champ visuel de 75° l’étirement des bords appelé distorsion de la perspective commence à perturber l’observation. La projection panini*4, inspirée d’une technique picturale utilisée pour réaliser des fresques, permet de limiter ce phénomène dans des limites acceptables tout en simulant des ultra-grand angle crédible de 100 ou 150°.

* Nous avons plus que 5 sens – Ep.11 – e-penser 🙂
*1 La plupart des peintres de la Renaissance, notamment Rembrandt, ont utilisé cette technique. Enseignée par la Hudson River School elle a suscité un genre qui lui est propre. Et elle a bien sûr été largement utilisée par les maîtres de la photographie noir et blanc comme Ansel Adams, Elliot Porter et Edward Weston (effet obtenu par un système de zone et de densité).
*2 Ecart entre les lumières les plus fortes et les ombres les plus sombres : diapositives (6 IL = 26), capteurs (12 IL), yeux (24 IL).
*3 De nombreux programmes sont conçus pour étendre la PdC : zerenesystems.com, heliconsoft.com. Les images provenant de différents points focaux ne se combinent pas parfaitement (lalongueur focale bouge avec la mise au point). Tout en étirant les images, je peins à la main et dessine les détails sur les bords touchées par l’assemblage.
*4 Voir mon billet Ultra-grand angle sans déformations apparentes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *