Continuer ? – 2/6 – La créativité

Mar
2

11083 Corderie Royale de Rochefort (Charente-Maritime), OctobreCorderie Royale de Rochefort, aube brumeuse

La création d’une photographie naît d’un désir d’équilibre et d’harmonie, l’envie de célébrer la vie qu’on aime, la beauté qu’on connaît et le bonheur qu’on a vécu. C’est une réponse émotionnelle intense, proche de la poésie et de la musique, qui alimente interminablement la joie, la passion, et la guérison !

Le comportement non-créatif est appris. Un test de créativité mené à la NASA sur 1 600 enfants et 280 000 adultes conclut : les enfants de moins de 5 ans sont quasiment tous créatifs (98%), cette aptitude diminue avec l’âge et seulement 2% d’adultes restent créatifs. Notre système éducatif modelé depuis 200 ans par la révolution industrielle nous a appris à travailler en suivant des instructions. Or, la créativité ne résiste pas aux règles et aux règlements.

La bonne nouvelle, c’est que l’on peut redevenir créatif à tout âge. Pour cela : expérimentez, explorez et questionnez les postulats. Voici par exemple les 6 règles suivies par l’école d’administration d’IBM :

– les méthodes d’enseignement traditionnelles comme la lecture, les cours magistraux, les tests et la mémorisation sont pires qu’inutiles,

– devenir créatif est un désapprentissage plutôt qu’un processus d’apprentissage, il faut bouleverser les hypothèses existantes,

– on n’apprend pas à devenir créatif, on peut devenir une personne créative (transformation grâce à l’expérimentation),

– le meilleur moyen de devenir créatif est de fréquenter des gens créatifs,

– la créativité est fortement corrélée avec la connaissance de soi. Il est impossible de surmonter les préjugés si nous ne savons pas qu’ils existent,

– on a droit à l’erreur et nos erreurs nous servent à progresser.

Application pour la photographie

Absorbé dans le moment présent, on devient récepteur d’images. Il faut avoir le courage d’abandonner ses certitudes pour voir plus pleinement et créer des images intrigantes, fascinantes, aux compositions singulières.

Se laisser guider par son intuition, en écoutant ses convictions profondes et ses émotions. Prendre le temps de ressentir jusqu’à être fasciné comme le sont les enfants, faire l’expérience du merveilleux.
‘Lorsque je me laisse aller à être ce que je suis, je deviens ce que je pourrais être’ (Lao Tseu).

Il faut être passionné pour devenir photographe et communiquer profondément ce que l’on voit et ressent. Les grandes images viennent de l’intérieur, de l’expression de soi, sensuelle et cérébrale. Le cœur et l’esprit sont les véritables outils photographiques.

2 réflexions au sujet de « Continuer ? – 2/6 – La créativité »

  1. Christian

    Bonjour Hervé,
    Le seul problème, c’est que tu dis déjà si bien les choses qu’il est difficile de rajouter quoi que ce soit susceptible d’enrichir la discussion. D’autant plus que je partage pleinement ce que tu exprimes quant à l’essence même de la photo, ce besoin incoercible qui est le nôtre de photographier. L’homme a des besoins essentiels (manger, boire, …), le photographe passionné a besoin de photographier, c’est essentiel à sa vie, à sa survie. La photographie peut s’ouvrir à quasiment tous les domaines (portrait, macro, studio, mode, sport …), mais je crois que la démarche du photographe paysagiste est très particulière. C’est quelqu’un qui aime profondément la nature et qui aspire à se sentir en harmonie avec elle. Les moments de prises de vue, quand l’on sent que la photo va être très belle sont quasiment des moments d’extase, un mélange d’exaltation et de grande paix intérieure. J’ai besoin de ces moments-là pour mon équilibre personnel. Ma quête, c’est celle de moments de beauté et de plénitude, l’un n’allant pas sans l’autre. L’éditing est simple, le critère est l’émotion ressentie … ou pas.
    Il faut aussi aimer la solitude, elle est pour moi indispensable. Difficile de s’imprégner des lieux, de ressentir leurs « vibrations », de se fondre dans les éléments si l’on est plusieurs. Oui, la prise de vue est un acte solitaire et un peu « égoïste » mais comme l’image est faite pour être montrée et qu’elle n’existe que par le regard des autres, le partage vient ensuite lors des expositions ou par l’intermédiaire de sites, de blogs, de livres, … selon les pratiques ou préférences des uns et des autres.
    Quant à la création qui est le thème de ton article, il est vrai qu’il n’est pas si facile que cela de se montrer toujours créatif et le danger, surtout quand l’on pratique toujours le même domaine de photographie (le paysage en ce qui nous concerne), c’est de finir par se répéter, refaire toujours un peu la même photo. Heureux les enfants qui ont cette merveilleuse faculté de créer à volonté. Beaucoup plus difficile pour un adulte. Mais en être conscient est déjà une première étape pour être plus vigilant et se donner les moyens de réfléchir à sa créativité, se donner les moyens de …
    Et, au passage, ta photo sur la corderie royale de Rochefort est magnifique. Un modèle pour les écoles de photographie …
    Bien amicalement,
    Christian

    Répondre
    1. Dufrenoy

      Très juste. je ressens à peu près la même « extase ». Le besoin de photographier est presque accessoire.
      Merci Christian et Hervé pour l’expression de ces sentiments
      Kacques

      Répondre

Répondre à Dufrenoy Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *