Aller au contenu

La prévisualisation panoramique

J’ai cherché des techniques de prévisualisation du rendu final d’un assemblage panoramique dès 2005. Il semblerait que cette « abstraction » ait été un frein pour la quasi totalité des panoramistes argentiques qui ont abandonné ce format à l’ère du numérique (fin des années 2000). Ceux qui n’ont pas connu l’argentique ont majoritairement ignoré la composition soignée. Et le panoramique est progressivement devenu essentiellement synonyme de « cadrer très large », sans ratio ou cadrage précis.

Une photo panoramique nécessite pourtant de porter la même attention au cadrage qu’une photo standard. Le cadrage doit être précis si l’on souhaite faire une image créative et non une simple reproduction documentaire. Et c’est d’autant plus essentiel en panoramique extra large par assemblage. Les adeptes du ‘stitching’ n’utilisent pas de « viseur » et ne connaissent pas précisément ce qu’ils comptent garder. L’image finale apparaît ainsi inaboutie, amoindrissant les efforts ayant pu être portés par ailleurs (imagination dans le choix du point de vue, attente d’une lumière flatteuse…).

Prévisualisation du déploiement de 135° d’espace : plate, toue cabanée, gabare… Le Thoureil (49)

Un cadrage permet d’isoler le sujet, cette portion de réalité, de son contexte, concentre notre attention sur ce que le regard du photographe juge digne d’intérêt (« regardez-moi »). Les éléments, au départ sans rapport ou sans importance, sont mis en relation entre eux. Le viseur panoramique aide grandement à développer un sens du cadrage adapté à ce format allongé. Il s’utilise de pair avec la vision qui crée une photo avant même de toucher un appareil… et un viseur.

Retour sur l’évolution de ma pratique de composition.

Panos rectilinéaires en argentique HD (1998-2008)
Quand je trouve un sujet valable, je l’explore plus en amont à l’aide d’un viseur détachable. Il me permet d’évaluer la force respective de chaque image. Un coup d’œil me suffit pour juger si la composition est suffisamment puissante. Cette recherche du point de vue optimal rendant le meilleur effet de perspective s’effectue ainsi en étant allégé.

Panos rectilinéaires en assemblage numérique HD (2009-2022) : entre 1 et 100°
Utilisation de viseurs zoom (ex. 15-35 mm) pour lesquels j’ai fabriqué un masque panoramique au ratio 3:1. OU activation du LiveView de l’appareil avec le quadrillage en ne regardant que les deux bandes du milieu (je compose au 35 mm  par ex. puis je change l’objectif pour un 50 ou 70 mm selon la méthode d’assemblage).

Panos en projection Panini, Cylindrique… en assemblage numérique HD (2009-auj’) : 105, 130, 160°
J’utilise une application smartphone (ex. Bimostitch Lite) qui me permet d’assembler plusieurs photos selon la projection de mon choix, et donc d’avoir une bonne idée du résultat final.

Panos rectilinéaires en numérique crop HD (2023-auj’)
Avec l’affichage au ratio 65:24, il m’est aujourd’hui facile d’imaginer mon ratio 3:1 dans le viseur ou sur le LiveView. Je n’ai qu’à rajouter un peu trop de ciel ou de premier plan, puis de recadrer au développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *